quaesitio

Dewey, Cheatham and Howe for Romney


Le Monde note dans son édition de samedi 3 novembre que le secteur financier américain est le plus important contributeur à la campagne Romney avec plus de 52 millions de dollars, contre 19,3 millions à la campagne Obama, alors que ce dernier avait en 2008 reçu 55% des dons des financiers.
Ceci s’explique en partie par le rejet de la réforme Dodd-Frank et par l’espoir des financiers que Romney n’augmentera pas les impôts des plus fortunés.

Quoi qu’il en soit, Paul Krugman résume l’essentiel dans ce post: qu’en cas de victoire, Obama ne devra rien à l’industrie financière, contrairement peut-être à ce qui valait en 2008. Et aura peut-être plus de courage à réformer le secteur financier en profondeur cette fois-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *