quaesitio

Le Huron (8) Les dieux de la campagne


lehuron2013

 Dans ce petit pays les dieux jouent un grand rôle en général, mais surtout quand il s’agit de la distribution de croix.

Ainsi la tribu noire affirme ne croire qu’en un seul dieu tout-puissant qui remplace tous les autres et lui permet ainsi d’être toute-puissante depuis la nuit des temps. Ce dieu est servi par les abbés et le chef des abbés et est vénéré dans des édifices réservés à lui tout seul, même s’il y en a de plus en plus qui n’y servent plus  du tout. La tribu noire accourt chaque fois qu’on lui fait des offrandes. Les simples guerriers, même ceux qui ne le vénèrent pas, subviennent à ses besoins et à ceux de ses abbés par la dîme. Les enfants lui sont dès leur naissance offerts. Il y a certes des mécréants qui s’y opposent à grands cris depuis la nuit des temps et demandent aux autres tribus d’en finir. Ce n’est pas sûr que ce soit pour cette fois-ci.

Il y a d’autres dieux qu’il faut servir et vénérer. Ainsi, le dieu Index est certainement un des plus puissants dieux de ce pays. On me dit que les simples guerriers le vénèrent depuis la nuit des temps et qu’il peut faire gagner ou perdre de nombreuses croix. Les chefs des clans d’esclaves dans les ateliers, les bureaux et les bazars en sont les farouches défenseurs. La dernière fois que j’étais arrivé dans ce petit pays paisible ce dieu était attaqué furieusement par le terrible dieu Crise. Celui-ci ne permet plus au dieu Index que de revenir une seule fois par an pour distribuer ses générosités à tout le monde, riches et pauvres. La tribu rouge foncé ne connaît que le dieu Index. La tribu rouge le connaît aussi, mais elle a dû composer avec le dieu Crise et le grand chef noir pour le sauver un peu. Le jeune chef barbu de la tribu rouge qui dirige les bazars et les ateliers entend chaque jour leurs lamentations sur le dieu Crise qui les tient à la gorge, comme on dit ici.

Le dieu Croissance est un autre dieu qui semble de plus en plus vénéré par toutes les tribus qui lui font des offrandes pour qu’il revienne enfin. La gazette rouge affirme le voir souvent au coin de la rue, le plus souvent ce n’est qu’une chimère. Mais s’il se décide à revenir, surtout peu avant la distribution des croix, il ne faut pas que ce soit trop près des tipis des simples guerriers qui sont convaincus que ce dieu salit l’air, la terre et l’eau et les empêche de respirer et de dormir. On a donc vu récemment trois chefs rouges d’importants villages s’opposer à ce que ce dieu leur apporte un nouvel atelier.

Il y a encore un autre dieu que le jeune chef barbu de la tribu rouge aime profondément. C’est le dieu Simplification. Je n’ai pas bien compris à quoi il peut servir et personne n’a pu me l’expliquer. Le chef rouge l’a déjà présenté au grand chef noir qui semble n’en pas vouloir vraiment ni d’ailleurs les autres chefs. Les bazars et les ateliers affirment que ce dieu pourra leur faire gagner beaucoup d’argent. Si j’ai bien compris, le dieu Simplification serait donc l’ami du dieu Croissance. Les bureaux du château semblent le craindre plus que tout autre dieu, car il veut les forcer à répondre rapidement aux bazars et aux ateliers et à les laisser faire ce qu’ils veulent pour gagner beaucoup d’argent.

Il y a un petit clan de gens d’importance qui s’est spécialement constitué pour vénérer le dieu Croissance et le dieu Simplification. Il dit que c’est presque l’heure de midi. Je ne sais pas ce qui se passe à midi. Mais en tout cas ce clan aimerait qu’il y ait beaucoup plus de bazars et d’ateliers et moins de bureaux au château. Il affirme ne pas s’intéresser aux croix des simples guerriers. C’est admirable. Mais il y en a pourtant quelques-uns de ce clan qui sont candidats dans à peu près toutes les tribus et aimeraient avoir quelques croix.

Aujourd’hui, la tribu verte prie également le dieu Croissance après avoir fait longtemps la fine bouche à son sujet, à condition cependant que ce dieu n’apporte que des ateliers sans fumée, sans saleté et sans bruit où les machines sont mues gratuitement par le vent, l’eau et le soleil.

La dernière fois que j’étais venu, on a parlé beaucoup du dieu Epargne qui semble aujourd’hui presqu’oublié ou vénéré seulement dans la plus grande discrétion. Car ce dieu austère n’est ni aimable ni généreux et aucun peuple ne veut plier sous le joug de sa loi terrible.

En tout cas pas maintenant, si près de la distribution des croix.

 

Le Huron

4 septembre 2013

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *