quaesitio

Le Huron (10) Les têtes


lehuron2013J’ai déjà compris que chaque guerrier candidat doit avoir autant de croix que possible pour s’asseoir dans un fauteuil rouge dans la salle richement décorée et y écouter à longueur de journée les discours des chefs du château. Il faut donc avoir une tête bien connue des simples guerriers qui ont leurs croix dans leur poche pour les distribuer le jour où ils seront appelés dans les tentes fermées. Les plus connues auront le plus de croix et on les verra donc de nouveau dans la salle richement décorée, sur les étranges lucarnes, dans les gazettes et partout où elles apparaîtront.

Pour avoir une telle tête, il faut commencer tôt. Les guerriers qui sont dans la salle richement décorée sont les meilleurs amis des caméras, des stylos et des micros. Ils les cajolent, les embrassent, leur parlent comme à leurs meilleurs amis et leur confient de petits secrets de leur tribu. Les caméras sont les plus convoitées car une tête montrée ne serait-ce que quelques secondes le soir quand tous les guerriers sont devant leurs étranges lucarnes est inestimable. Mais les caméras n’aiment que quelques têtes qu’elles montrent sans cesse, au grand dépit de toutes les autres.

La salle richement décorée a sa propre caméra et sa propre gazette. Les simples guerriers peuvent ainsi écouter et voir en direct et ensuite toute la nuit les longs discours des chefs, des sous-chefs et des guerriers. Ils ne voient que les têtes des guerriers qui parlent et non celles des autres qui ne parlent ni n’écoutent ou s’en vont ici et là dans la salle richement décorée, dans les antichambres et les lieux de réjouissance.

La gazette de la salle richement décorée montre des guerriers avec des chefs de tribus lointaines, ou assis autour de leur drapeau dans des pays lointains faire de grands sourires à tous ceux qui sont restés à la maison. Les images les plus fréquentes montrées à la meilleure place de cette gazette sont celles de l’homme qui a une clochette et qui ne fait qu’écouter les discours des autres. Cet homme descend souvent de son trône pour se mêler aux simples guerriers un peu partout dans le pays, regarder avec le plus grand intérêt des enfants jouer, des vieillards s’amuser, des jeunes s’ébahir. Tout cela est rapporté dans la gazette de la salle richement décorée. L’homme à la clochette traite avec la plus grande amabilité les simples guerriers qui viennent lui apporter des folios pleins de signatures pour obtenir justice. Il leur promet monts et merveilles. C’est le premier guerrier du pays qui doit partout où il paraît être debout ou assis avant tous les autres, même le grand chef noir doit lui céder la place. La gazette noire montre souvent  la tête de l’homme avec une clochette dans ses exercices publics.

Ces derniers temps, depuis que l’on sait qu’il y aura une distribution de croix, toutes les tribus représentées à la salle richement décorée ont tenu à communiquer aux simples citoyens tous les bienfaits qu’elles ont obtenus pour les simples guerriers.  Ce n’est que justice, car les guerriers risqueraient d’être induits en erreur par des tribus malveillantes qui ne feraient que ronchonner contre les chefs qui pourtant ne leur veulent que du bien et se mettent en quatre pour les satisfaire. Les guerriers de la tribu noire se sont donc montrés dans un petit folio de couleur orange qui est plus gaie que le noir. Ils y ont expliqué que le grand chef noir est le meilleur des chefs et qu’il devrait le rester pendant longtemps encore. Ils ne veulent rester dans la salle richement décorée qu’avec ce grand chef.

La tribu rouge a envoyé plusieurs gazettes sur du très beau papier avec beaucoup de belles images en couleurs de tous ses guerriers et de ses chefs du château. A la première page de ces gazettes on pouvait voir une belle et grande image du chef des guerriers rouges à la salle richement décorée. On me dit que ce dernier, d’une extrême modestie, a dû être forcé par ses guerriers à se montrer chaque fois ainsi en première page. Le jeune chef barbu de la tribu rouge que celle-ci veut mettre à la place du grand chef noir s’est retrouvé à la dernière page car il n’est chef au château que quelques mois à peine.

La guerre des têtes ne fait que commencer, et malheur à celles qui ne se feraient pas connaître.

Le Huron

16 septembre 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *