quaesitio

Le Huron (13) La transparence


lehuron2013

C’est un mot que j’ai souvent entendu ces dernières semaines, depuis que je suis arrivé au pays. Si j’ai bien compris, il s’agit encore d’un nouveau dieu. Il est comme le soleil qui fait la lumière jusque dans les derniers recoins d’un tipi ou d’une forêt profonde. Les simples guerriers l’aiment car il permet de tout savoir sur les chefs et les sous-chefs au château, les guerriers à la salle richement décorée et les chefs des villages. Ils sont friands de voir leurs tipis, de savoir où ils se délassent, avec qui ils font la fête, combien d’or ils ont dans leurs caves, quel vin ils boivent, où et comment ils voyagent au loin. Mais ils l’aiment moins quand il s’agit de leurs propres secrets comme l’or qu’ils gardent jalousement dans des coffres en fer pour échapper aux gabelous. La tribu des stylos, des micros et des caméras le vénère car il assure leur pain quotidien.

Le dieu Transparence va donc forcer tous les guerriers de tout le continent qui sont assis dans toutes les salles richement décorées, tous les juges qui enferment les malfrats dans des trous profonds et tous les chefs à expliquer ce qu’ils ont dans leurs poches, d’où viennent les quelques deniers qu’ils gardent dans leurs coffres et comment ils ont payé leurs beaux tipis. Cela sera communiqué au vu et au su de tout le monde, et le dieu sera enfin satisfait. Les Hurons n’ont pas ce dieu car ils n’ont que leurs tipis, leur feu autour duquel ils se réunissent, ce qui pousse dans leurs champs et ce qu’ils chassent dans leurs forêts.

C’est au nom de ce dieu que des guerriers de la salle richement décorée se sont occupés d’une officine chargée depuis la nuit des temps de tout savoir sur tous les mécréants et d’autres qui ne le sont pas. Cette officine est secrète ce qui signifie que personne ne doit savoir ce qu’elle fait et surtout pas les mécréants. Seul un petit groupe de chefs de la salle richement décorée est mis dans le secret, mais seulement un tout petit peu.

Parmi ces mécréants, il y a des enturbannés qui prient Allah et font la guerre aux incroyants. Mais l’officine s’est occupée aussi de quelques guerriers d’ici. Elle a voulu savoir où ils vont, ce qu’ils lisent et écrivent, où et avec qui ils se réunissent. Les fouineurs ont particulièrement aimé la tribu rouge foncé et de petites tribus également rouge foncé, mais souvent en guerre entre elles.  Les mille et un secrets collectés pendant des années ont été enfermés dans de sombres galeries souterraines que personne ne pouvait voir sauf le grand chef noir et quelques autres chefs du château. Aujourd’hui ces secrets sur la tribu rouge foncé ne servent plus à rien, car les tribus rouge foncé dans le monde entier ont perdu la puissante patrie rouge foncé. Mais tout le monde les considère comme du plus haut intérêt qu’il faut donc garder religieusement et faire étudier par les générations présentes et futures pour en faire des in-folios à mettre dans la grande bibliothèque que personne ne va lire.

Si les guerriers doivent distribuer leurs croix plus tôt que prévu, c’est parce que le grand chef noir n’a pas fait ses dévotions au dieu Transparence, mais seulement un peu. Maintenant que la date des élections approche, l’officine secrète peut toujours servir. On me raconte que pendant des mois, nuit et jour, des sages de toutes les tribus de la salle richement décorée s’étaient réunis pour faire la transparence. Le sous-chef vert du plus grand village du pays qui est un farouche adorateur du dieu Transparence est d’avis que les sages devront de nouveau se réunir avant la distribution des croix pour aviser ce qu’il faut faire des secrets déposés dans les galeries souterraines. Le seul guerrier de la tribu rouge foncé à la salle richement décorée ne cesse d’écrire des lettres virulentes pour qu’on s’occupe enfin sérieusement de la dévotion au dieu Transparence. Le chef de la tribu rouge qui avait commandé aux sages pour adorer ce dieu a aussi écrit au grand chef noir pour qu’il fasse mettre aux fers l’ancien chef de l’officine secrète et un ancien esclave au service de la belle voiture du grand chef noir.

Le dieu Transparence n’est pas du genre à plaisanter !

 

Le Huron

16 septembre 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *