quaesitio

Le Huron (14) Le programme


lehuron2013Pour avoir une vraie élection, il faut des candidats, les plus beaux et les plus intelligents, si possible. Il faut beaucoup de pamphlets et de billets en tout genre, de dessins animés, mais surtout d’images des candidats dans leurs meilleurs habits.

Mais tout cela n’est rien sans  les programmes. Chaque tribu est forcée d’en avoir. Un programme, c’est un folio qui contient toutes les recettes pour rendre le peuple aussi heureux que possible. Pour avoir beaucoup de croix, chaque tribu jure par les dieux qu’elle vénère qu’elle ne veut que du bien aux simples guerriers. Elle les protège des gabelous rapaces et des bandits de grand chemin, leur procure de beaux et grands tipis pour pas cher, dresse leurs enfants pour qu’ils soient les plus intelligents. Le dieu Index est celui que toutes les tribus vénèrent avec le plus grand respect car elles croient que les guerriers sont tous à genoux devant lui, et il n’est pas question de faire quoi que ce soit qui lui déplaît.

Chaque tribu organise un grand concile pour proclamer son programme que des scribes ont composé dans leurs repaires pendant la chaleur estivale en regardant un peu partout autour d’eux comment font les autres ici et ailleurs.

Ce concile s’appelle un congrès. Il a lieu dans une grande salle où les guerriers de la tribu sont assis sagement autour de tables pour écouter les chefs leur raconter à longueur de soirée que leur tribu est la seule capable de rendre heureux les simples guerriers et de mener le pays tout entier vers les lendemains qui chantent. Quand tous les chefs ont longuement parlé, et d’autres plus brièvement qui veulent aussi s’asseoir dans la salle richement décorée, les guerriers lèvent tous la main, applaudissent et rentrent chez eux. Tous sont contents car ils ont maintenant un programme pour convaincre les guerriers de leur donner leurs croix en grand nombre. Chez la tribu rouge, pour finir, on chante encore une chanson révolutionnaire. Cette fois-ci, après l’avoir chantée, on l’a fait chanter encore une fois en s’en amusant. D’aucuns ont crié au sacrilège.

Tout est bon pour gagner la faveur des guerriers. Les tribus les cajolent et les caressent et veulent leur faire croire que ce sont eux, les simples guerriers, qui décident de tout et que la salle richement décorée doit leur obéir au doigt et à l’œil.

Il en va ainsi dans un petit pays au cœur du continent protégé par de hautes montagnes où se cachent de grands coffres inexpugnables pleins d’or du monde entier. Depuis la nuit des temps, le peuple en armes s’y réunit chaque dimanche sur un grand pré au bord d’un joli lac pour diriger les affaires du pays sans s’occuper de ce que dit la salle richement décorée.

Les guerriers d’ici aiment beaucoup ce riche petit pays tellement bien organisé par son peuple où ils aiment se rendre été comme hiver. Quelques tribus sont d’avis qu’il faut confier au peuple réuni les affaires du pays et le faire voter chaque dimanche sur un pré au lieu d’en charger la salle richement décorée. Je ne sais pas si les chefs en sont vraiment convaincus, mais ils font semblant d’avoir une confiance aveugle dans leur peuple.

20 septembre 2013

Le Huron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *