quaesitio

Le Huron (23) Les stylos penseurs


lehuron2013Les stylos des gazettes aiment s’appeler quatrième pouvoir car chargés de la noble mission de surveiller les trois autres, à savoir la salle richement décorée, le château et les juges de toutes sortes. Ils sont les censeurs des chefs, sous-chefs et guerriers à la recherche des croix des simples guerriers. Ils sont les penseurs du pays, fins stratèges qui expliquent ce que les chefs devront faire pour sauver le pays et le conduire aux lendemains qui chantent.

Même s’ils sont indépendants, les stylos sont très prudents quand ils parlent d’un chef de leur tribu ou de leur clan et leurs gazettes qui n’ont plus de couleur montrent beaucoup d’images des chefs de leur tribu et tout juste le nécessaire des autres. Cela ne les empêche pas de faire paraître contre espèces  sonnantes et trébuchantes les pamphlets d’autres tribus.

Les stylos de la gazette noire n’ont que des louanges pour le grand chef noir. Mais leur chef, c’est le plus grand serviteur du dieu suprême dans le pays. De la sorte, ils doivent tout d’abord servir ce grand serviteur. Un stylo de la gazette noire s’est donc ému que la tribu noire s’acharne contre le dieu suprême, voulant  priver prochainement les grands enfants de l’adoration de ce dieu.

C’est un peu la même chose à la gazette rouge dont le chef est le chef du plus grand clan d’esclaves. Même si depuis des mois, la gazette rouge ne cesse de raconter sa glorieuse histoire au service de la tribu rouge, elle est très sévère avec celle-ci depuis qu’elle s’est acoquinée avec la tribu noire. Les deux tribus avaient manqué de respect au dieu Index et fermé un peu les cordons de la bourse. Cela a fâché le clan des esclaves. Car le grand chef de ce clan est un adorateur farouche du dieu Index. Donc, la gazette rouge est également fâchée.

Un stylo de la gazette rouge, autrefois stylo chef et aujourd’hui retiré dans son tipi pour mieux penser, ne cesse de harceler la tribu rouge une fois chaque semaine. Ainsi, il y a peu, il a ordonné aux chefs de celle-ci de dire clairement et même d’écrire avant les élections qu’ils ne s’acoquineront plus avec la tribu noire. Si j’ai bien compris ce stylo penseur, la tribu rouge devrait attendre jusque dans la nuit des temps pour occuper le château uniquement par des rouges. En attendant elle devrait laisser les autres tribus occuper le château, avoir toutes les belles voitures propres, couper des rubans et faire de grands discours.

Des guerriers rouges affirment  qu’il faudrait surtout ne pas donner de croix à une petite tribu rouge foncé car chaque croix à cette tribu renforcerait la tribu noire. Cela a fait hurler la dite tribu rouge foncé qui aimerait avoir beaucoup de guerriers à la salle richement décorée au détriment de la tribu rouge. C’est un beau désordre.

Les verts et les bleus, interrogés s’ils voudraient occuper le château avec les rouges, lèvent les yeux au ciel comme pour implorer le dieu suprême, font des discours vagues et alambiqués, cajolent les simples guerriers en disant que ce sont eux qui décideront, etc. Le jeune chef bleu qui aura le plus de croix ne sait même pas s’il veut abandonner son fauteuil dans le plus grand village du pays.

Le seul qui sait ce qu’il fera, c’est le grand chef noir. Même si sa tribu perd quelques fauteuils à la salle richement décorée, il s’alliera avec qui que ce soit pour rester grand chef.

Le Huron

15 octobre 2013

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *