quaesitio

Le changement, une chance pour l’Europe


madydelvaux-4

Ces dernières années, on nous a fait croire qu’il suffisait d’un grand marché unique avec une concurrence bien
réglée et une monnaie unique pour fonder un projet européen commun. Or, nous constatons maintenant que l’euroscepticisme gagne des franges de plus en plus importantes de la population dans tous les pays membres de l’UE.

Faut-il s’en étonner quand on a suivi la succession des sommets de la “dernière chance” pour sauver l’euro, quand on constate que les cures imposées aux pays par la Troïka ont conduit à des taux de chômage catastrophiques et à une explosion de la pauvreté dans les pays sous tutelle?

Nous n’en voulons plus de cette Europe-là. Pour autant ce n’est pas l’Union Européenne qu’il faut remettre en question, mais la politique menée depuis le début de la crise financière et bancaire.

Mais pour qu’une autre politique puisse être appliquée, il faut que les rapports de force en Europe changent.

Aux électeurs d’envoyer un signal fort pour le changement lors du vote de dimanche. Nous avons besoin d’une majorité progressiste qui se prononce clairement pour une politique de solidarité, pour un renforcement de la participation citoyenne, contre la politique d’austérité.

Les socialistes et sociaux démocrates, réunis au Parti Socialiste Européen, se sont donné un programme commun pour une autre politique en Europe. Ils refusent de sacrifier le bien-être des citoyens et la paix sociale. Ils s’engagent pour que la lutte contre le chômage devienne un objectif prioritaire de la politique européenne, au même titre que la politique budgétaire et l’assainissement des dettes. Ils se prononcent pour des investissements européens dans la recherche, dans les grandes infrastructures, notamment de télécoms et d’énergie, pour une utilisation optimale des fonds structurels européens afin de réduire les déséquilibres entre les pays de l’UE.

Ils se sont également ralliés à un candidat commun, Martin Schulz, un Européen convaincu qui défend depuis des années les aspirations des salariés et qui, une fois président de la Commission, pourra continuer son combat pour plus de justice sociale avec davantage de moyens.

Nous, les candidats du LSAP, nous engageons avec les socialistes des autres 27 pays de l’Union Européenne pour une Union Européenne qui garantit la paix, qui rapproche les peuples et les citoyens, qui veille à la protection de l’environnement et qui s’engage pour la justice et les droits de l’Homme. Ensemble nous nous battons pour une Union Européenne plus sociale, plus solidaire qui se met au service de tous les citoyens. Nous aspirons vers une Union Européenne forte, qui saura défendre et, pourquoi pas, imposer ces valeurs partout dans le monde.

Ce ne sera qu’avec une forte représentation des socialistes au Parlement Européen que pourra se former une majorité pour une autre politique en Europe.

Le 25 mai les électrices et les électeurs peuvent induire un changement de politique en Europe en votant pour le LSAP, liste 1.

Mady Delvaux-Stehres, Marc Angel, Cathy Fayot, Tom Jungen, Catia Gonçalves, Liz May

 

2 thoughts on “Le changement, une chance pour l’Europe”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.